Quels perturbateurs endocriniens en Hauts-de-France ?

Quels perturbateurs endocriniens en Hauts-de-France ? Quels perturbateurs endocriniens en Hauts-de-France ?
16/11/2017 à 14:40
Atmo Hauts-de-France publie les résultats des mesures des perturbateurs endocriniens dans la région en 2016. Atmo Hauts-de-France a souhaité étendre la campagne de mesures sur les perturbateurs endocriniens aux départements du Nord et du Pas-de-Calais, dans la continuité de l’étude menée en ex-Picardie courant 2015. Cette étude est soutenue par la Région Hauts-de-France.

Selon l’Union Européenne, un perturbateur endocrinien (PE) est « une substance qui a des effets indésirables sur la santé humaine, qui agit sur le système hormonal et dont le lien entre les deux est prouvé. » Les PE ne sont actuellement pas réglementés dans l’air, à l’exception du benzo(a)pyrène qui appartient à la famille des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP).

Des mesures pour quels résultats ?

Du 9 mai 2016 au 3 mars 2017, 72 PE répartis dans 8 familles de molécules ont été recherchés sur 5 sites de mesures. Les prélèvements ont été effectués durant 6 semaines à chaque saison. L’exploitation des résultats s’est faite en collaboration avec le laboratoire EPHE, de l’UMR et METIS * de Paris. Ces résultats montrent que les phtalates (plastifiants) sont les composés majoritaires dans l’air extérieur de la région. Ils sont présents dans de nombreux produits de consommation courante et dans les cosmétiques. Ils sont suivis des HAP en lien avec le chauffage résidentiel tertiaire et le trafic routier. En air intérieur, les phtalates sont également majoritaires. La présence des autres PE est très dépendante des usages (actuels ou passés) liés aux bâtiments et ses occupants.

Perspectives

Atmo Hauts-de-France souhaite poursuivre l’étude des PE en région grâce à de nouvelles mesures. Celle-ci permettrait de rechercher les principales sources de rejets, de croiser les données avec les épisodes de pollution atmosphérique ou les émissions de polluants (inventaire régional), et également de mieux connaître l’exposition aux PE en air intérieur, au regard des usages et des produits.

Rapport d'étude : perturbateurs endocriniens Nord et Pas-de-Calais 2016-2017

Communiqué

*Laboratoire EPHE (Ecole Pratique des Hautes Etudes) de l’UMR (Unité Mixte de Recherche) METIS (Milieux Environnementaux, Transferts et Interactions dans les hydrosystèmes et les Sols)