Quels sont les effets de la pollution de l'air sur la santé ?

L'air, un élément vital

Chacun d’entre nous respire en moyenne 15 000 litres d’air par jour. L'air que nous respirons à un impact direct sur notre santé. Si nous pouvons choisir ce que nous buvons ou ce que nous mangeons, nous ne pouvons pas choisir ce que nous respirons.

Trois types d'effets de la pollution sur la santé

Les voies respiratoires (bouche, nez, trachée) sont les premières entrées de l'air dans l'organisme. Elles sont les principales cibles des polluants atmosphériques, présents aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur des bâtiments.

  • Les effets subaigus qui apparaissent presque immédiatement lors des pics de pollution
  • Les effets aigus qui se manifestent, quelques heures ou quelques jours après une exposition d'une durée très courte avec une concentration importante de polluants. Si les concentrations de polluants sont similaires, ce sont les mêmes effets à l’intérieur ou à l’extérieur de locaux.
  • Les effets chroniques, qui apparaissent sur le long terme (plusieurs années) à la suite d’expositions répétées, parfois même avec des concentrations peu élevées.

Les effets de la pollution de l'air sur la santé se manifestent, le plus souvent, par des irritations des voies respiratoires et le déclenchement plus fréquent de crises d'asthme.

En cas d'expositions prolongées et répétées, les effets de la pollution peuvent évoluer vers une altération de la fonction pulmonaire, des pathologies cardiovasculaires, …

Effets différents selon plusieurs critères

  • Le type de polluant

Les effets des polluants sur la santé dépendent de leur nature (composition chimique). Selon le type de polluant, les effets sur la santé se manifesteront davantage sur les muqueuses de l’appareil respiratoire, sur le système sanguin ou sur les tissus de l’organisme.

  • La concentration des polluants dans l'air

Les effets sur la santé dépendent de la quantité (dose) de polluants présents dans l'air. Les concentrations sont, en général, plus importantes dans les locaux où nous passons plus de 80 % de notre temps (logements et espaces professionnels), dans les villes et à proximité des industries.

  • La durée d'exposition des personnes

Les effets de la pollution sur la santé dépendent également du temps durant lequel un individu sera exposé à une atmosphère polluée.

  • La sensibilité des personnes

L’importance des effets de la pollution sur une personne exposée dépend de son âge et de son état de santé. Les personnes dites "plus sensibles" (enfants, personnes âgées, personnes atteintes de pathologies cardiorespiratoires) sont particulièrement affectées par la pollution de l'air.

  • L'activité physique

Pendant une activité physique, la consommation d’air augmente, les effets de la pollution de l’air sur la santé augmentent donc proportionnellement. C’est pour cette raison que dans les cas d’alerte, les activités physiques sont déconseillées aux personnes les plus sensibles.

Entretien avec le Dr Christine Sauvage Delebarre

Responsable du Service allergologie de l’hôpital Saint-Vincent de Paul à Lille

Est-ce que la pollution atmosphérique est dangereuse pour la santé ?

« Oui, la pollution est dangereuse pour la santé, elle agresse le système respiratoire et aggrave les symptômes d’allergies.

Les symptômes des gênes, liées à la pollution atmosphérique, sont les mêmes que ceux des allergies aux pollens, regroupés sous le sigle PAREO : P comme Prurit : le nez démange, A comme Anosmie : on perd l’odorat (plus rarement), R comme Rhinorrhée : le nez qui coule, E comme Eternuements, 0 comme 0bstruction : on a le nez bouché.

Les personnes les plus sensibles à la pollution atmosphérique sont les jeunes enfants et les personnes âgées.

Certaines pathologies respiratoires peuvent être directement liées aux irritants comme la bronchopneumopathie obstructive, généralement secondaire au tabac, elle peut aussi être secondaire à d’autres polluants notamment ceux émis par les milieux professionnels (industries, etc.). »

Peut-on parler d’allergie à la pollution ?

« Non, on ne peut pas parler d’allergie à la pollution mais d’hyperréactivité spécifique liée à la pollution atmosphérique.

Je vois de plus en plus de patients venir consulter pour des symptômes liés à la pollution atmosphérique, se croyant allergiques à autre chose, ils sont en réalité gênés par les polluants.

Ces patients sont atteints d’hyperréactivité bronchique et hyperréactivité nasale spécifique, non allergique. Les symptômes de ces maladies ressemblent aux symptômes de l’allergie mais ça n’en est pas une.

Ces cas sont de plus en plus fréquents, ils représentent à peu près 1/4 des patients qui consultent. On peut d’ailleurs être hospitalisé à cause de la pollution atmosphérique dans les cas les plus graves.»

Existe-t-il des traitements pour lutter contre les effets de la pollution ?

« Les traitements seront les mêmes que ceux indiqués aux patients allergiques aux pollens. Il existe des traitements contre l’hyperactivité déclenchée par la pollution atmosphérique comme des pulvérisateurs nasals et également des aérosols plus spécifiques à l’hyperréactivité bronchique et nasale liée à la pollution de l’air, notamment l’ipratropium.

Selon leur composition et leurs particularités, certains comprimés antihistaminiques seront plus à même d’aider la personne à lutter contre les effets du pollen. »

Comment peut-on se protéger contre la pollution ?

« Il existe des gestes de prévention pour éviter l’exposition à la pollution de l’air. En intérieur, là où nous passons 80 % de notre temps, il est conseillé d’éviter tous les pulvérisateurs et diffuseurs aérosols (parfum d’intérieur, déodorant, etc.) et de ventiler son intérieur régulièrement.

A l’extérieur, il faut aussi éviter de faire du sport autour des grands axes aux heures de grand ensoleillement ou de grande circulation. »