Quelles sont les raisons de l'épisode de pollution de fin mars ?

Visuel
pollution_lille

Publié le 30 mars 2022

Contenu
Contenu

Plusieurs départements de la région ont été touchés par un épisode de pollution aux particules PM10 (inférieures à 10 micromètres), du lundi 21 au mardi 29 mars.

Cet épisode était-il exceptionnel ? Quelles sont les raisons de cette pollution et comment agir ? Explications avec nos prévisionnistes.

L’année 2022 commence fort

carte_episode_032022
Episodes de pollution dans les Hauts-de-France en mars 2022

Alors que 2021 avait été une année particulière, avec « seulement » 12 jours d’épisodes de pollution (tous dus aux particules PM10) sur l’ensemble de l’année, 13 jours de dépassement des seuils réglementaires a déjà été constaté depuis janvier 2022. Ces pics de pollution printaniers sont pourtant courants dans les Hauts-de-France : en 2019, un épisode de pollution similaire avait été observé durant 7 jours en mars.

Au cours de la semaine, les concentrations en particules PM10 ont dépassé les 50 µg/m(microgrammes par mètre cube) en moyenne journalière, entrainant le déclenchement du dispositif préfectoral d’épisode de pollution, en niveau d’alerte sur persistance (dépassement des seuils sur un jour et plus) sur les départements du Nord et du Pas-de-Calais.

La Somme et l'Oise ont également été concernées sur la journée du vendredi 25 mars, en niveau d'alerte sur persistance pour la Somme, et d'information et recommandations pour l'Oise.

Origines des particules

Sur la base des mesures aux stations, de la caractérisation physico-chimique des particules et de leur expertise, nos prévisionnistes parviennent à identifier les sources des particules présentes en grandes quantités dans l’air ces derniers jours.

En lien avec des conditions anticycloniques qui n’ont pas permis la dispersion des polluants atmosphériques, lors de cet épisode de pollution, tous les secteurs d’activités ont été responsables de l’augmentation des concentrations en particules :

  • trafic routier (particules et dioxyde d’azote, principalement, émis par les véhicules les plus polluants),
  • secteur industriel (particules et dioxyde d’azote),
  • chauffage résidentiel et tertiaire (particules avec des chutes de températures en soirée et pendant la nuit),
  • agriculture (ammoniac),
  • des particules secondaires, liées à des réactions photochimiques entre les polluants issus des sources citées ci-dessus, ont contribué fortement à l’augmentation des niveaux de particules.

L’analyse des masses d’air sur la semaine du 21 au 28 mars révèle une arrivée massive de particules PM10 d’un flux de secteur nord-est, principalement des Pays-Bas et de Belgique, qui viennent s’ajouter aux émissions locales de polluants (jusqu’à 50%).

picto_sources

Quelles restrictions pour quels secteurs ?

En cas d’épisode de pollution, tous les secteurs sont concernés par des mesures visant à réduire les émissions de polluants.

Secteurs industriels et agricoles

Souvent pointés du doigt par les particuliers, les secteurs industriels et agricoles sont soumis à des mesures visant à limiter leurs émissions de polluants notamment les quantités de particules dans l’air.

Pour les industriels, déjà soumis à des règles de limitation des émissions atmosphériques dans le cadre du Plan de Protection de l’Atmosphère (PPA Nord-Pas-de-Calais), les mesures ont été les suivantes, selon leur activité :

  • Utilisation de systèmes de dépollution renforcés,
  • Report de certaines activités émettrices de polluants (travaux, dégazages, chargement ou déchargement de produits émissifs),
  • Recommandation aux agents de privilégier les pratiques de déplacement les moins polluantes (transports doux, transports en commun, covoiturage…).

Selon les niveaux de pollution, d’autres mesures peuvent être prises par le Préfet :

  • Réduction des rejets atmosphériques, passant pas la baisse d’activité,
  • Réduction des activités sur les chantiers générateurs de poussières et recours à des mesures compensatoires (arrosage…),
  • Réduction de l’utilisation de groupes électrogènes.

Pour le secteur agricole, une partie des engrais azotés utilisés peuvent être très volatils et réagissent chimiquement pour créer des particules secondaires. L’ammoniac est le composé chimique majoritaire dans ce type de particules et contribue à l’augmentation des concentrations en particules dans l’air.

Particulièrement sur cet épisode de cet épisode, les restrictions ont été de recourir :

  • à des procédés d’épandage faiblement émetteurs d’ammoniac,
  • à un enfouissement rapide des effluents.

Les pratiques de l’écobuage et du brûlage à l’air libre des sous-produits agricoles sont interdites toute l’année.

PRÉFECTURE DES HAUTS-DE-FRANCE 

pictos recommandations particuliers
Recommandations en cas d'épisode de pollution

Pour les particuliers

Formule souvent répétée : « Contre la pollution de l’air, chacun a un rôle à jouer ! »

En cas d’épisode de pollution, la population est ainsi encouragée à :

  • Limiter l’utilisation du chauffage individuel, notamment au bois, fortement émetteur de particules,
  • Privilégier les modes de déplacement les moins polluants et les transports en commun,
  • Dans la mesure du possible, ne pas utiliser la voiture individuelle, et privilégier le covoiturage,
  • Réduire la vitesse de circulation sur les routes, et éviter les accélérations et freinages intempestifs.

Pour rappel, le brûlage à l’air libre est interdit. Extrêmement polluant, il est passible d’une amende. Pour vos déchets verts, privilégiez la déchetterie, le broyage et le compostage.

Circulation différenciée et transports gratuits sur la MEL

Afin de limiter les émissions de polluants liées aux transports, le Préfet du Nord a décrété la mise en place la circulation différenciée sur le territoire de la Métropole Européenne de Lille, les vendredi 25 et lundi 28 mars. Seuls les véhicules munis d’une vignette Crit’air 0, 1, 2 ou 3 étaient autorisés à circuler dans la métropole.

En complément, la gratuité des transports en commun sur ces deux journées a également été instaurée sur le réseau Ilevia, gestionnaire des transports de la MEL.

L’activation de ces dispositifs et le retour de conditions de dispersion plus efficaces ont pu contribuer à la fin de l’épisode de pollution sur le Nord et le Pas-de-Calais le 29 mars.

Préservez votre santé

Les différentes mesures mises en place et recommandées ont pour objectif de préserver votre santé !

Au-delà des pics de pollution, c’est aussi et surtout l’exposition chronique à la pollution qui entraine des effets néfastes sur la santé et l’environnement.

FAQ_info_episode_sport

Certaines personnes sont plus sensibles et vulnérables à la pollution de l’air : les enfants, les femmes enceintes, les personnes asthmatiques ou présentant des difficultés respiratoires et les personnes âgées devront ainsi être particulièrement vigilantes face à la pollution.

  • Evitez, tant que possible, les axes où la pollution est plus importante (axes routiers fréquentés, rues étroites, zones industrielles…),
  • Limitez vos déplacements, surtout aux heures de la journée où la pollution est plus importante (heures de pointe, notamment),
  • Evitez les activités physiques intenses,
  • Même en cas d’épisode de pollution, poursuivez les pratiques d’aération de votre domicile recommandées : au moins 20 minutes par jour.