Visuel
classe_air_rural_atmo_banner
Contenu
Contenu

Le projet Air rural concerne l’étude des concentrations et sources de polluants gazeux et des particules, et l’implication des acteurs de Douaisis Agglo dans la co-construction d’actions d’amélioration de la qualité de l’air.

Présentation

Durée du projet : 18 mois, sur la période 2021-2022

Zone d’étude : le territoire du Syndicat d’Initiative de la Région d’Arleux (SIRA) qui regroupe 16 communes rurales de Douaisis Agglo et une population totale de 18 693 habitants.

Le projet est composé de 2 volets :

  • Observation : campagne de mesures sur la zone d’étude, analyse et exploitation des résultats, pour mieux connaître et comprendre la pollution atmosphérique d’un territoire rural par rapport à ses spécificités
  • Implication citoyenne : élèves de communes de la zone d’étude, citoyens et acteurs du territoire (dont agriculteurs), élus du territoire, pour co-construire un plan d’actions opérationnel sur le territoire rural de Douaisis Agglo en faveur d’une meilleure qualité de l’air

Objectifs 

  • Comprendre l’influence de certaines espèces gazeuses spécifiques des atmosphères rurales, telles que l’ammoniac gazeux et les amines, sur la formation des particules secondaires
  • Définir, avec les acteurs du territoire, un ensemble de solutions concrètes et opérationnelles répondant aux enjeux de leur territoire pour améliorer leur qualité de l’air

Acteurs du projet

Air rural est financé en partie par Douaisis Agglo, lauréat de l’Appel à projets Aact-air 2020.

Partenaires :

partenaires_air_rural
Air rural : Projet financé par Douasis Agglo suite à l'appel à projet AACT-AIR 2020 (ADEME), en partenariat avec l'IMT Nord Europe et Atmo Hauts-de-France

 

Premiers retours du projets

Retours sur le volet implication citoyenne auprès des élèves de 4 écoles

photo_classe_air_rural
Sensibilisation à la qualité de l'air dans les écoles de Douaisis Agglo

Depuis novembre 2021, 4 classes de 4 écoles différentes ont participé au projet, avec pour objectif de proposer des actions en faveur de la qualité de l’air qui seront portées aux citoyens et aux élus des 16 communes concernées.

Au total ce sont 74 élèves de niveaux CE2 à CM2, des écoles d’Arleux, Aubigny-au-Bac, Férin et Villers-au-Tertre qui ont bénéficié de 3 interventions animées par le Centre permanent d’initiatives pour l’environnement (CPIE) Villes de l’Artois.

Découverte des enjeux de la qualité de l’air, mesure grâce à des microcapteurs, recherche des sources de pollution… un programme très varié, qui s’est achevé parpar une dernière séance consacrée à la recherche de solutions pour améliorer la qualité de l’air. Une réflexion collective par classe sur les bons gestes à adopter au quotidien a abouti à la représentation des idées sur un dessin.

Ces pistes d’actions seront présentées aux citoyens de Douaisis Agglo impliqués dans la démarche, puis aux élus, toujours dans le cadre de ce projet.

Lors de cette dernière intervention, une charte d’engagement en faveur de l’air a été rédigée pour chacune des classes, les élèves ont pu la signer et donc se sentir complétement impliqués dans la préservation de la qualité de l’air.

Retours sur le volet mesures (printemps 2021)

photos_mesures_air_rural
Une partie du matériel de mesures déployé pour le projet Air rural
Une partie du matériel de mesures déployé pour le projet

 

La phase d’observation et de mesures de la qualité de l’air s’est déroulée du 22 mars au 31 mai 2021, et a rassemblé plusieurs types d’appareils sur l’ensemble du territoire d’étude déployés par IMT Nord Europe et Atmo Hauts-de-France.

Le parking du service technique de Bugnicourt a accueilli pendant 8 semaines 2 remorques équipées de nombreux appareils et instruments, qui ont permis de mesurer en continu les particules en suspension (ainsi que leur composition chimique), des gaz (hydrogène sulfuré, oxydes d’azote, ammoniac, méthane, ozone) et des paramètres météorologiques.

20 sites répartis sur l’ensemble des 16 communes concernées ont accueilli des mesures d’ammoniac et d’hydrogène sulfuré, et des microcapteurs électroniques ont été installés pendant 8 semaines sur les façades des 16 mairies pour mesurer les particules en suspension.

L’ensemble des données sont en cours d’analyse et feront l’objet d’un rapport dans le cadre de ce projet, diffusé au second semestre 2022.