Incendie à Cambrai (59) : Atmo mobilisé pour surveiller la qualité de l’air

Visuel
Incendie à Cambrai 260423

Publié le 27 avril 2023

Contenu
Contenu

Dans la matinée du mercredi 26 avril 2023, un incendie s’est déclaré rue de Solesmes à Cambrai. Des panaches de fumées ont été émis. Atmo Hauts-de-France a été sollicité par les services de l’Etat pour réaliser des mesures dans l'air environnant.

Dans le cadre de notre dispositif d’urgence, les autorités compétentes ont sollicité Atmo Hauts-de-France vers 11h le mercredi 26 avril pour évaluer l’impact éventuel de cet accident sur la qualité de l’air.

Chronologie de l'événement

Voici la chronologie des évènements et de l’action menée par Atmo Hauts de France, au plus près de l’événement pour surveiller la qualité de l’air.

accident_cambrai_26042023_chrono
Chronologie de l'incendie de Cambrai le 26/04/2023

 

Un peu avant 10h, début de l’incendie

Le début de l’incendie démarre au sein de l’entreprise La Belle Italia, qui fabrique des produits alimentaires. Le feu se propage dans un entrepôt rue de Solesmes à Cambrai, au sein d’une PME spécialisé dans le chauffage, l’entreprise Hernoult, la présence d'acétylène, gaz extrêmement inflammable et réactif, favorisant la propagation des flammes.

30 sapeurs-pompiers sont dépêchés sur place pour maitriser l’incendie

11h : Atmo Hauts de France contacté par la Préfecture

Atmo Hauts de France est contacté par la Préfecture du Nord qui a déclenché le dispositif DUQAM (dispositif d’urgence qualité de l’air mutualisé). L’équipe d’Atmo est mobilisée pour déployer le dispositif. Elle échange avec les services de l’Etat pour connaître l’état de la situation, et l’évolution du panache.

En parallèle, l’impact sur la qualité de l’air est évalué grâce à la modélisation via l’outil HySplit. La carte de modélisation montre un déplacement de la fumée vers la ville de Cambrai à l’ouest.

De 11h à 13h : des échanges réguliers pour la coordination des futures mesures

  • La direction d’Atmo est en échanges réguliers avec le SDIS, le CODIS et la Préfecture sur l’évolution de l’incendie et du panache de fumée.
  • En parallèle, les équipes techniques d’Atmo sont mobilisées, préparent le matériel et élaborent le plan de prélèvements pour procéder aux mesures sur place

13h30 :

  • Les techniciens d’Atmo Hauts-de-France peuvent intervenir en sécurité sur les sites de prélèvement à proximité de l’incendie.
  • L’incendie est moins fort et le panache monte haut dans le ciel mais les sapeurs-pompiers continuent de maîtrise l’incendie, le feu est présent dans un endroit difficilement accessible.

14h30 : les techniciens d’Atmo Hauts-de-France arrivent sur place pour déployer le matériel

accident_cambrai_26042023_materiel

15h30 :

L’évaluation de la qualité de l’air menée par Atmo Hauts-de-France s’inscrit dans un dispositif d’urgence et vient en complément des mesures du SDIS 59 (Service d’Incendie et de Secours) qui sont effectuées au plus près de l’incendie, afin de notamment s’assurer de la sécurité des intervenants.

Atmo Hauts de France ne dispose pas de stations de mesures dans la zone concernée. Les moyens de mesures supplémentaires sont déployés sur 5 zones fréquentés et habités proches de l’incendie, situés aux 54 – 86 - 142 rue de Solesmes  -1 bis  rue de Roubaix – 83 rue de la Grande Justice, situés à moins de 500 mètres de l’incendie.

  •  5 canisters (bonbonnes métalliques sous vide permettant de prélever l’air) sur des durées de 30 minutes. Ces outils permettent d’analyser un spectre de polluants plus large.
  • 4 micro-capteurs de type Kunak
Sites de mesure accident Cambrai

15h45 :

Les premiers résultats de mesure des particules en direct étaient de l’ordre de 20 microgrammes (le seuil de déclenchement d’un épisode de pollution est de 50 microgrammes sur une journée).

16h40 : Les prélèvements sont arrêtés.

L’incendie principal est éteint, des feux résiduels difficilement accessibles sous les structures métalliques sont encore en activité.

17h : La Préfecture décide de stopper le dispositif d’urgence.

En complément, des prélèvements seront analysés en laboratoire sur un spectre de polluants plus large.

Atmo vous tiendra informés lorsque les résultats seront disponibles.

Les résultats 

En complément, des prélèvements ont été analysés en laboratoire sur un spectre de polluants plus large.

Les particules 

La mesure des particules PM2,5 effectuée sur les 4 sites autour de l’incendie ne met pas en évidence de concentrations élevées. Le site de la rue de la Grande Justice (Site 9) montre des concentrations légèrement plus importantes dont deux pics de courte durée à 15h et 17h30 mais dans l’ensemble, les mesures sont très proches de celles du site de référence du cimetière (Site 8). Elles sont identiques de celles de nos stations fixes les plus proches de Saint-Quentin et Cartignies.

Les Composés Organiques Volatiles

Les mesures des micro-capteurs enregistrées au plus près de l’incendie (Site 7) montrent des concentrations plus élevées dès la mise en marche du capteur avec une valeur de 400 ppb. Ces valeurs décroissent ensuite rapidement jusque 15h30 environ pour se stabiliser vers 100 ppb. Les autres sites, notamment celui situé à proximité de l’Ephad (Site 1) montrent des concentrations faibles (10 à 20 ppb). Sur le site 9, on ne voit pas de hausse particulière de la concentration. Le panache serait donc resté très unidirectionnel sans se disperser latéralement et présente une dispersion spatiale rapide.

Le site le plus exposé (Site 7) montre donc des concentrations supérieures au niveau de fond ambiant (mesures des autres sites) mais qui restent modérées. Surtout, cette surexposition est limitée dans l’espace puisqu’elle n’est pas détectable à 200 mètres du sinistre. L’analyse des canisters révèle la présence de quelques hydrocarbures aliphatiques classiques (éthane, propane, éthylène) à de faibles concentrations. La présence de quelques dérivés du benzène est à noter sur le site de l’Ephad à des concentrations comprises entre 2 et 5 µg/m³, donc peu importantes. Toutes les concentrations sont très largement inférieures aux seuils toxicologiques de référence. Une recherche approfondie a été demandée pour la recherche de composés de la famille des fréons. 28 composés ont été détectés avec des niveaux très faibles, dont aucun ne dépasse les seuils de toxicité.

Globalement, les niveaux mesurés en polluants entre 15h  et 17h sous le panache sont restés faibles. Il faut cependant signaler que les émanations dues à l’incendie étaient déjà atténuées à l’heure où les mesures ont été réalisées. L’exposition de la population est restée sous les seuils de toxicité pendant la période de mesure.

Retrouvez le bilan synthétique de l'incendie

Bilan incendie Cambrai.pdf
Image par défaut document
pdf - - 2.26 MB
Titre
Bilan incendie Cambrai 26042023
bouton d'actions